Accueil

Les chroniques de Mister W - Chef's Table

« Qu’est-ce qu’on mange ce soir ? ». Je ne sais pas ce qu’il en est pour vous, mais il est toujours difficile de répondre à cette question, malgré des émissions culinaires qui foisonnent sur nos petits écrans. De Maïté, avec « La Cuisine des Mousquetaires », ses moments cultes et une esthétique inexistante, à Chef’s Table, un docu-série qui préfère l’histoire bien racontée aux gros plans sur les casseroles. Ou quand les chefs deviennent des superhéros.

 

 

 

La première fois que j’ai regardé Chef’s Table, j’en ai laissé tomber ma fourchette. Une esthétique soignée, des portraits écrits avec soin, des moyens pour nous plonger au cœur de l’action, et une histoire… captivante ! Quand on regarde Chef’s Table, on s’installe comme si on allait regarder un film, dont le héros de l’histoire est un chef.

Après une courte introduction, le show démarre sur les 4 saisons de Vivaldi avec un time lapse hypnotisant. Plutôt série que documentaire, la force de ce programme réside dans cette mise en abyme sur le chef et son univers. Le chef devient un superhéros. Si Spiderman a sa toile, Ivan Orkin, l’un des chefs présentés, a ses Rāmen, et Alexandre Couillon, ses poissons.  Mais point de démesure, Chef’s Table est écrit en finesse et filmé en conséquence.

De New York à Tokyo, en passant par Noirmoutier en France, Chef’s Table ne s’attarde pas sur les recettes du chef, mais plutôt sur LE moment du chef. Ce point temporel impensé qui l’a fait devenir chef. Comme les superhéros, version cuisine et « madeleine de Proust ». Un souvenir, un moment décisif où tout a commencé. Un peu comme un mythe originel.

L’histoire ne suffit pas, aussi bien écrite soit-elle. L’esthétisme et la réalisation posent le concept : moment d’action, séquence émotion, prise de vue avec drones, rails installés dans les travées pour des plans dignes d’Hollywood, Chef’s Table se déguste comme un bon film.

Finalement, cette série parle très peu de cuisine. Et pourtant, on la comprend mieux. Car chaque plat a aussi son histoire, son origine, son créateur, une raison derrière sa création. Chef’s Table a trouvé la bonne recette : présenter l’histoire derrière chaque chef pour qu’on éprouve de l’empathie. Les sens avant la raison, comme en cuisine, puisqu’on ne discute pas de goûts et des couleurs, n’est-ce pas ?

Mister W

Publié le: 
08/19/2019
Réservez en ligne
Date d'arrivée :