Accueil

Les Chroniques de Mister W - Un 15 août à Biarritz

Vous connaissez le 15 août à Biarritz ?

Bien sûr, il y a l’incontournable feu d‘artifice, une « féérie pyrotechnique » qui fait argument d’autorité, sur la Côte Basque et même au-delà. Mais une fois n’est pas coutume, j’ai envie d’aller plus loin. Quand je demande si vous connaissez le 15 août à Biarritz, je vous demande si vous y avez déjà passé la journée.

Qu’y a-t-il de si spécial, donc, à cette journée ? Il y a quelque chose d’électrique dans l’air, de l’excitation mêlée à de l’appréhension, puis un mélange de tristesse et de joie en même temps. Rassurons-nous, je ne parle pas, de façon figurée, du « passage à l’âge adulte », mais bien d’une journée dans l’année qu’on peut entourer au feutre sur le calendrier.

15 août. Le jour se lève à peine, les livraisons ont déjà commencées. On s’affaire ça et là, on se prépare pour la journée la plus animée de l’été. Le matin bien avancé, les commerçants retiennent leur souffle et les badauds commencent à affluer. Après tout, c’est un jour férié.

Ce jour d'août fait simultanément figure de point de départ et d’arrivée dans l’été. Un « climax » de la saison estivale, très bien entouré d’un avant et d’un après.

La journée atteint son apogée : les terrasses sont bondées, sur la plage, les grains de sable se serrent pour faire de la place aux nombreux plagistes, et dans la ville, les rues semblent rétrécir à vue d’œil. La ville bat son plein. Il y a l’excitation d’avant la fête, on est au bord de l’Océan, il y a du monde, beaucoup de monde, on s’esclaffe à la terrasse d’un bar, les commerçants sont « à bloc ».

En soirée, le plus grand désordre ordonné se met en place. Un vrai tourbillon. Aux Halles, les terrasses ne désemplissent pas, bien au contraire. Les principaux axes sont fermés à la circulation pour ne laisser qu’un vaste espace piéton. La scène est saisissante : tous marchent vers un seul objectif, avoir un point de vue sur la Grande Plage.

Puis vient le feu d’artifice. Les plus pessimistes guettent la météo, mais le 1er coup éclate. S’enchainent les fusées, les booms et les bangs. Pendant que tous ont la tête tournée vers le ciel, je regarde par-dessus mon épaule. Derrière les visages éclairés par les fusées, j’aperçois certaines rues désertes, celles qui ne donnent aucun point de vue sur le feu d’artifice, à quelques mètres à peine de la foule amassée. Le contraste est étonnant.

Le bouquet final est passé, c’était une merveille, comme chaque année.

J’assiste au « retour à la maison », entre embouteillages de piétons, de vélo, de scooters, et plus loin, de voitures. Tous se dirigent vers l’extérieur du périmètre de sécurité, cet endroit curieux où les piétons avancent plus vite que les voitures. Comme dans tous bouchons, certains klaxonnent en vain, les esprits s’échauffent et d’autres se prennent de passion pour le code de la route.

Certains sont allés boire un verre « le temps que ça passe ». Le flot s’écoule peu à peu et laisse place à un no man’s land. Impossible de croire que la population a doublé le temps d’une soirée, et pourtant…

Nous sommes déjà le 16 août depuis quelques minutes. Je suis pris d’une curieuse nostalgie de fin d’été. Ce n’est pas fini, mais ça sent la fin. Le bouquet final du feu d’artifice l’était aussi pour la saison estivale. En définitive, le 15 août, c’est l’été entier qui défile devant vos yeux, comme s’il s’était contenu dans une seule journée…

Alors, je reviens à ma question, vous connaissez le 15 août à Biarritz ?

Mister W.

 

©photo : Emmy Martens / Office de Tourisme de Biarritz

Publié le: 
08/07/2019
Réservez en ligne
Date d'arrivée :